//
International

Arctique: premier forage «décevant» sur un prospect prometteur de Statoil

Le groupe pétrolier norvégien Statoil a fait état mardi de résultats «décevants» sur le prospect Korpfjell dans l’Arctique, que des experts pensaient pouvoir être la plus grosse découverte de pétrole de l’histoire du pays.

Le premier forage de prospection a mis en évidence la présence d’un volume de gaz naturel non viable d’un point de vue commercial, a annoncé Statoil dans un communiqué.

Korpfjell est situé sur le bloc le plus septentrional jamais ouvert à l’exploration pétrolière en Norvège, dans le sud-est de la mer de Barents, une zone que le pays scandinave et la Russie se sont longtemps disputés. Son ouverture à l’exploration pétrolière a été rendue possible par un accord de délimitation des frontières maritimes trouvé entre les deux pays en 2010.

Cité par la presse en décembre dernier, le cabinet Rystad Energy estimait que, dans l’hypothèse la plus haute, le prospect pouvait contenir jusqu’à 10 milliards de barils de pétrole, ce qui en aurait fait de loin le plus gros gisement jamais découvert en Norvège, principal producteur d’hydrocarbures d’Europe de l’Ouest.

«Les résultats sont bien sûr décevants mais il est trop tôt pour en tirer des conclusions sur l’impact que cela aura sur la zone du sud-est de la mer de Barents», a commenté Jez Averty, responsable chez Statoil de l’exploration en Norvège et au Royaume-Uni, cité dans le communiqué.

Les défenseurs de l’environnement étaient vent debout contre les activités pétrolières dans cette région à l’écosystème riche mais fragile, jugée trop proche des glaces marines et trop éloignée des infrastructures terrestres.

«Statoil a échoué à Korpfjell, le rêve pétrolier le plus septentrional du secteur à 415 km des terres n’a donné qu’un peu de gaz. Hourrah!», s’est félicité le leader de Greenpeace Norvège, Truls Gulowsen, sur Twitter.

Statoil projette toutefois en 2018 une nouvelle campagne de prospection dans la zone sud-est de la mer de Barents, y compris un deuxième forage sur Korpfjell. Le groupe détient 30% de la licence aux côtés de Chevron (20%), Petoro (20%), Lundin (15%) et ConocoPhillips (15%).

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *