//
Finance

La Bourse de Paris change d’orientation et passe dans le rouge

La Bourse de Paris enregistrait une nette baisse (-1,03%) vendredi à la mi-journée, largement pénalisée par la solidité de la monnaie unique européenne.

A 12H14 (11H14 GMT), l’indice CAC 40 perdait 55,38 points à 5.317,41 points. La veille, l’indice avait fini en repli de 0,47%. La cote parisienne a débuté la séance à l’équilibre avant de s’enfoncer progressivement dans le rouge.

«La vigueur de l’euro pénalise les indices européens» qui «évoluent clairement dans le rouge ce matin», a souligné David Madden, un analyste de CMC Markets.

«D’habitude une meilleure économie se traduit par un marché actions plus fort, mais la poussée de l’euro les leste» actuellement, a-t-il ajouté.

L’euro se stabilisait face au dollar vendredi à la mi-journée, mais restait prisé et se maintenait au-dessus de 1,19 dollar.

Les investisseurs continuaient par ailleurs à attendre des nouvelles de la réforme fiscale américaine après l’annonce par le sénateur John McCain qu’il voterait en faveur du texte.

La majorité républicaine du Sénat américain va tenter ce vendredi de surmonter d’ultimes différends pour adopter sans délai la grande baisse d’impôts promise par le président Trump.

En matière d’indicateurs, la croissance du secteur manufacturier français a atteint son plus haut niveau depuis sept ans, selon l’indice PMI de l’industrie manufacturière publié vendredi par le cabinet Markit.

Les États-Unis publieront également cet indice, ainsi que les dépenses dans le secteur de la construction.

Sur le front des valeurs, Total perdait 0,41% à 47,21 euros après avoir finalisé la modernisation de son site de raffinage et de pétrochimie d’Anvers, un investissement de 1,1 milliard d’euros.

Le secteur automobile était mal orienté, malgré la progression du marché automobile français de 10,3% en novembre sur un an. Peugeot perdait 2,73% à 16,90 euros et Renault 2,33% à 83,39 euros.

Danone refluait de 0,86% à 70,31 euros. Le géant laitier néo-zélandais Fonterra a été sommé par le centre d’arbitrage international de Singapour (Siac) sur le commerce mondial de verser à son rival français l’équivalent de 105 millions d’euros d’indemnités après une fausse alerte au botulisme en 2013 concernant des laits pour enfants.

Gemalto perdait 0,56% à 31,74 euros alors que le spécialiste de la sécurité numérique a annoncé la suppression prochaine de 288 emplois en France, soit près de 10% de ses effectifs dans le pays, en raison de difficultés sur ses marchés historiques des cartes SIM et des cartes bancaires à puce.

Sanofi était pénalisé (-2,13% à 74,97 euros) par l’abaissement de sa recommandation à «sous-pondérer» par Morgan Stanley.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *