//
Economie

La Bourse de Paris termine quasi stable avant Jackson Hole

La Bourse de Paris a achevé quasiment à l’équilibre (-0,04%) jeudi une séance dominée par l’attentisme, les investisseurs se gardant de prendre toute initiative avant le début de la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole, aux Etats-Unis.

L’indice CAC 40 a cédé 2,26 points à 5.113,13 points dans un volume d’échanges faible de 2,3 milliards d’euros. La veille, l’indice avait fini en recul de 0,32%.

La cote parisienne a ouvert en petite hausse, conservant cette tendance la majeure partie de la séance avant de se rapprocher de l’équilibre alors que l’approche du symposium de Jackson Hole paralysait les initiatives.

«Nous sommes vraiment dans une phase d’attentisme sans aucune prise d’initiative, les investisseurs gardant les yeux rivés vers les Etats-Unis dans l’espoir d’avoir des indices sur la politique à venir de la BCE et de la Fed», a résumé auprès de l’AFP Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Alors que le symposium de Jackson Hole, dans le Wyoming (centre-ouest des Etats-Unis), s’ouvre ce jeudi soir, son point d’orgue aura en réalité lieu vendredi avec les discours des responsables des banques centrales européenne, Mario Draghi, et américaine, Janet Yellen.

«Aucun risque ne sera pris avant ces discours», d’autant que nous sommes encore dans un contexte estival avec des volumes extrêmement faibles, a complété M. Tuéni.

«Il faudra donc attendre au moins les conclusions de Jackson Hole pour avoir plus de visibilité sur les marchés», a-t-il observé.

Aussi, selon M. Tuéni, dans ce contexte d’attentisme général, «les données macroéconomiques du jour n’ont eu quasiment aucun impact».

Les investisseurs ont pris connaissance de l’indicateur du climat des affaires en France, lequel s’est amélioré en août pour le quatrième mois consécutif, à un niveau sans précédent depuis plus de six ans.

Au Royaume-Uni, la croissance du produit intérieur brut (PIB) a atteint 0,3% au deuxième trimestre par rapport au précédent tandis qu’aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage (234.000) ont augmenté, mais moins que prévu.

Toujours Outre-Atlantique, les reventes de logements sont ressorties en baisse de 1,3% en juillet alors que les analystes s’attendaient à une hausse.

Les investisseurs gardaient par ailleurs un oeil sur les déclarations du président américain Donald Trump, qui a menacé dans un discours mardi de suspendre les activités du gouvernement s’il n’obtenait pas les financements pour la construction d’un mur entre les Etats-Unis et le Mexique.

Sur le front des valeurs, les titres liés au secteur pétrolier ont souffert à l’image de TechnipFMC (-1,61% à 21,42 euros), Vallourec (-3,33% à 4,27 euros) ou encore Total (-0,53% à 43,45 euros).

Engie a gagné 1,29% à 14,50 euros après avoir annoncé qu’il allait construire et exploiter un parc éolien en Mongolie, son premier projet renouvelable dans ce pays.

EDF a lâché 0,14% à 9,12 euros. Le groupe a indiqué jeudi avoir signalé à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de nouvelles anomalies identifiées dans des dossiers concernant des pièces fabriquées à l’usine Areva du Creusot.

Carrefour a pâti (-2,06% à 20,16 euros) d’un abaissement de recommandation à «conserver» par Oddo Securities.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *