//
Economie

Le beau printemps du tourisme français

Du soleil, un moral retrouvé, des étrangers qui reviennent alors que l’impact des attentats s’estompe, et un zeste d’«effet Macron»: c’est le cocktail réussi du printemps touristique français.

«Nous avons fait un très, très, très bon mois d’avril», se réjouit Xavier Bailly, administrateur de l’abbaye du Mont Saint Michel, l’un des sites culturels les plus visités de France.

Sa fréquentation avait souffert après les attentats de novembre 2015 à Paris et juillet 2016 à Nice. Elle progresse de près de 7% depuis le début de l’année.

Le parc d’attraction du Futuroscope sur le thème des technologies, près de Poitiers, qui fête ses 30 ans, a battu «un record depuis l’an 2000» en franchissant la barre des 20.000 visites en une journée, lors du vendredi de l’Ascension. «La météo est très favorable», souligne Dominique Hummel, le président du parc, qui enregistre une fréquentation en hausse de «10% environ sur les quatre semaines des vacances scolaires d’avril».

Aux Galeries Lafayette à Paris, on constate que «toute la clientèle étrangère -chinoise, russe, japonaise notamment- est revenue».

Pour Christian Mantei, directeur général d’Atout France, l’agence de développement touristique du pays, «on est dans une dynamique très bonne» après l’année 2016 très difficile. «Il y avait eu un mieux en novembre-décembre, puis une accélération au premier trimestre», assure-t-il.

«Pour le deuxième trimestre, on peut dire qu’on sera au moins sur des scores de 2015, voire de 2014, en termes de fréquentation globale», soit un retour aux performances d’avant les attentats.

Il rappelle que les demandes de visas touristiques ont progressé de 32% de janvier à mars.

Les hôteliers français retrouvent le sourire. «La Côte d’Azur a fait le plein au pont de l’Ascension, avec un taux d’occupation de 90%, Paris a également bien marché, avec un taux de 80%», explique Laurent Duc, président de l’hôtellerie au sein de l’organisation professionnelle Umih.

«Les choses vont mieux» mais l’activité reste «en dents de scie», nuance cependant Philippe Leboeuf, directeur général du Mandarin Oriental, un palace parisien qui lui n’a «pas retrouvé les niveaux d’avant novembre 2015».

«Effet Macron»

Le redressement touche logiquement les locations entre particuliers. «Les ponts sont un vrai succès cette année (…) Quand on a un début de saison aussi dynamique c’est de très bon augure» pour l’été, assure Timothée de Roux, directeur général France de Abritel-HomeAway. «Les résultats de l’industrie du tourisme étaient très bons au premier trimestre et la bonne nouvelle c’est que cela se poursuit», commente Emmanuel Marill, directeur France de Airbnb.

Pour Didier Arino, directeur du cabinet d’études Protourisme, outre l’effet beau temps, on assiste à «un effet de rattrapage»: il y a des Français «qui partent cette année alors qu’ils n’étaient pas partis l’an dernier», aidés par une légère amélioration du pouvoir d’achat et un moral qui s’est redressé.

Quant au retour des étrangers, il est favorisé selon M. Arino par «une forme de fatalisme qui s’installe» quant au risque d’attentat, mais aussi par un «effet Macron».

Le président Emmanuel Macron «n’a aucune politique touristique mais il a une bonne image à l’étranger et, à la limite, c’est peut-être plus efficace même si ce serait mieux d’avoir les deux», s’amuse-t-il.

L’expert se réjouit des «images extraordinaires» véhiculées par le président de la République depuis son élection le 7 mai. «Macron devant le Louvre ou qui reçoit Poutine à Versailles, ce sont les images d’une France glorifiée», souligne-t-il, en relevant le contraste avec les images relayées l’an dernier à la même période: pluie et inondations, grèves et manifestations contre la loi travail…

Le PDG de Voyageurs du monde, Jean-François Rial, perçoit «très clairement» un «effet Macron». «Depuis que Macron a gagné, ça a repris encore plus fort qu’avant, comme si un vent d’optimisme très fort était ressenti par les gens», dit-il. «Il suffit de lire la presse internationale, c’est comme si la France avait retrouvé son lustre».

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *