//
Technologie

Le site d’information BuzzFeed va licencier 100 personnes

BuzzFeed va licencier environ 100 personnes, a indiqué mercredi à l’AFP un porte-parole, confirmant une information du Wall Street Journal, premier signe tangible des difficultés du site d’information avec son modèle économique entièrement axé sur la publicité.

Aux Etats-Unis, les licenciements concerneront environ 8% des effectifs et uniquement des postes non éditoriaux, notamment au sein des équipes de vente, a précisé le site.

Quelques postes d’édition seront concernés au Royaume-Uni, où est également implanté le site qui compte 1.700 employés au total.

Plusieurs médias américains avaient annoncé, mi-novembre, que BuzzFeed aurait renoncé à s’introduire en Bourse à court terme, même si le groupe n’a jamais confirmé son intention d’entrer à la cote.

Selon ces mêmes médias, l’incapacité du site à atteindre ses objectifs ambitieux en matière de croissance du chiffre d’affaires, aurait échaudé les investisseurs.

Les revenus et l’audience sont tout de même attendus en hausse en 2017, par rapport à un chiffre d’affaires supérieur à 250 millions de dollars en 2016, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

Ce ralentissement pose la question du modèle de BuzzFeed, entièrement basé sur la publicité et mis à mal par la montée en puissance de Google et Facebook, qui captent une part sans cesse plus élevée de cette manne sur internet.

Jusqu’ici, le site qui pèse 233 millions de visiteurs uniques par mois, selon le site spécialisé SimilarWeb, s’appuyait essentiellement sur la publicité dite native, c’est-à-dire totalement intégrée dans ses pages.

Le groupe a donc décidé d’accélérer la diversification de ses sources de revenus et de faire appel à d’autres compétences, ce qui explique, pour partie, les suppressions de postes annoncées mercredi.

BuzzFeed veut, entre autres, favoriser le développement de son activité de production de séries pour le compte de clients tiers, désormais rebaptisée BuzzFeed Studios, selon un mémo interne du directeur général et co-fondateur Jonah Peretti, diffusé mercredi et dont l’AFP a obtenu copie.

Le site souhaite également capitaliser sur le succès de la plateforme culinaire Tasty, devenue une marque forte et qui donne accès à des revenus supplémentaires notamment via une boutique en ligne.

Le groupe veut également donner de nouveaux moyens à son laboratoire qui imagine le e-commerce du futur avec, à la clef, des partenariats commerciaux avec des marques.

Jonah Peretti souligne, dans le mémo, que pour la première fois depuis la création de BuzzFeed, en 2006, un quart du chiffre d’affaires proviendra, en 2017, d’autres sources que la publicité vendue en direct.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *