//
France

Marché de Noël supprimé: les forains maintiennent la pression sur la mairie de Paris

Les forains, en colère contre la suppression de leur marché de Noël sur les Champs-Élysées, ont maintenu mardi la pression sur la mairie par une deuxième journée consécutive d’opérations escargot autour de la capitale et un recours en justice, déposé par leur leader Marcel Campion.

Après avoir déjà fortement perturbé la circulation en Île-de-France lundi, des dizaines de camions de forains ont repris la route dès l’aube mardi à l’appel du promoteur historique des fêtes foraines parisiennes, 77 ans, en conflit ouvert avec la maire de Paris Anne Hidalgo.

Opérations escargot, barrages filtrants, circulation coupée: les difficultés se sont multipliées toute la matinée sur plusieurs axes autoroutiers (A1, A4, A13, A104) en direction de Paris et sur le boulevard périphérique.

Le pic de la perturbation a été atteint vers 09H00 avec plus de 450 kilomètres de bouchons contre 325 habituellement, selon le site d’information routière Sytadin.

«C’est la faute des autorités s’il y a des blocages», a estimé Marcel Campion, qui a lancé l’appel à la mobilisation après plusieurs jours de discussions infructueuses avec la préfecture de police de Paris.

Lundi, la mairie de Paris avait dénoncé le «chantage» du chef de file des forains et a réaffirmé que ce dernier n’avait «pas l’autorisation d’installer son marché».

Outre les blocages, les forains comptent également sur la justice pour remporter leur bras de fer.

Un référé-suspension, dont l’AFP a obtenu copie, a ainsi été déposé dans la matinée devant le tribunal administratif de Paris. «L’audience se tiendra le 14 novembre», a indiqué à l’AFP l’entourage de M. Campion, ajoutant que le dépôt du référé a entraîné la levée des blocages à partir de 12H30.

Dans leur requête, les avocats de Marcel Campion ont estimé que la décision du Conseil de Paris, votée à l’unanimité en juillet, de supprimer le marché de Noël, n’est pas justifiée par un «motif d’intérêt général suffisant».

La municipalité a notamment justifié sa décision par «la qualité médiocre des animations et des produits vendus» sur ce marché.

Florian Philippot, président du parti les Patriotes, a dit sur RTL soutenir «à 100%» les forains. «Je ne comprends pas que Mme Hidalgo semble à ce point (les) détester et semble détester Noël», a ajouté l’ancien vice-président du Front national.

 ‘Bernard Arnault, premier des forains’

Ce nouvel épisode nourrit un peu plus le feuilleton judiciaire entre M. Campion et la mairie de Paris.

Depuis deux ans, les affaires de Marcel Campion sont dans le collimateur de la justice, qui s’interroge notamment sur une convention octroyée en 2015 pour installer sa célèbre grande roue sur la place de la Concorde.

Mis en examen dans cette affaire en mai dernier pour recel de favoritisme et abus de biens sociaux, le chef de file des forains a demandé début octobre l’audition de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Marcel Campion, qui estime que les forains sont devenus «des parias à Paris», est également monté au créneau mardi pour dénoncer l’ouverture en mai prochain d’un grand parc d’attraction dans le Bois de Boulogne au Jardin d’acclimatation, propriété de la mairie de Paris et dont LVMH est le concessionnaire.

Cet accord «en catimini», selon lui, entre Anne Hidalgo et Bernard Arnault, PDG de LVMH, doit faire du grand parc de l’ouest parisien le deuxième parc de loisirs français, derrière Disneyland Paris.

«Ils n’ont plus besoin des forains, il est là le complot», a accusé M. Campion, qualifiant les élus parisiens de «combinards». «M. Arnault va devenir le premier des forains de Paris», a ironisé, lui intimant de «rester dans le luxe».

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *