//
Economie

Monnaies virtuelles: un tour de vis en Chine fait trébucher le bitcoin

La décision de la Chine d’interdire les nouvelles émissions de monnaies cryptographiques, a causé une douche froide sur les marchés des devises virtuelles, où les investisseurs chinois pèsent, faisant chuter de 14% le bitcoin entre samedi et mardi.

Les entreprises chinoises ne pourront désormais plus émettre des unités de monnaies électroniques pour lever des financements: ces opérations («initial coin offerings»), qui avait prospéré avec l’essor du bitcoin et de devises rivales, sont interdites et «doivent immédiatement cesser», a indiqué la banque centrale chinoise (PBOC) lundi.

Une façon pour Pékin de reprendre la main sur des crypto-monnaies qui échappent totalement à son contrôle: le bitcoin et ses concurrentes, créés à partir de la technologie du «blockchain», se vendent et s’achètent en ligne sans être régulées par aucun gouvernement.

«Les émissions de ce type (…) et les infractions commises lors d’opérations passées seront sévèrement sanctionnées», a précisé la PBOC, soulignant que l’essor d’émissions de «devises virtuelles» avait «gravement perturbé le secteur financier» et favorisé «la spéculation».

Les plateformes d’échanges de ces monnaies électroniques se voient donc désormais interdites de convertir ces unités en devises sonnantes et trébuchantes, insiste l’institution.

Cette directive, véritable coup de semonce pour les marchés des crypto-monnaies, a aussitôt fait dégringoler le cours du bitcoin, qui — en dollars — a perdu plus de 10% sur la seule journée de lundi.

Selon le Bitcoin Price Index, qui offre une moyenne des différentes plateformes mondiales, le bitcoin se reprenait quelque peu mardi: il s’affichait à 4.280 dollars vers 11H00 GMT — ce qui représente toute de même une dégringolade de 14% par rapport à samedi.

Sur les plateformes d’échanges chinoises, la saignée est encore plus drastique.

Sur BTC China, le cours du bitcoin tombait mardi soir à 26.400 yuans, après avoir tutoyé vendredi les 32.500 yuans… Ces deux derniers jours, il a perdu jusqu’à 20% de sa valeur avant de se stabiliser.

Une quarantaine de plateformes chinoises proposant des «initial coin offerings» existaient mi-juillet, et pas moins de 65 émissions ont été réalisées dans le pays sur les sept premiers mois de l’année, permettant de lever 2,6 milliards de yuans (334 millions d’euros), selon des chiffres d’un comité d’experts du gouvernement chinois sur la finance en ligne, rapportés lundi par l’agence Bloomberg.

Pékin, soucieux d’enrayer les fuites de capitaux hors du pays et de faire le ménage dans son système financier, avait entrepris début 2017 de durcir ses contrôles sur les plateformes d’échanges de bitcoins, en restreignant notamment des types de transactions jugés excessivement spéculatifs.

Les durcissements réglementaires des autorités chinoises tendent à faire boire la tasse aux cours mondiaux: en effet, les deux principales plateformes chinoises (BTC China et Okcoin), fonctionnant en yuans, représentent environ 22% des échanges mondiaux de bitcoins, selon le site de référence bitcoinity.org.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *