//
Politique

Moscovici appelle la France à poursuivre la réduction du déficit «avec intelligence»

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a appelé mercredi la France à poursuivre la réduction de son déficit public, même après avoir passé sous la barre des 3%, tout en assurant que Bruxelles fera preuve «d’intelligence» et de «souplesse».

«Une fois sous les 3%, le déficit budgétaire doit continuer à baisser et à baisser significativement», a affirmé le commissaire lors d’une audition à l’Assemblée nationale où il a rappelé que les engagements européens de la France l’obligeaient à réduire son déficit, même s’il passait sous les 3% cette année.

«Les règles ne sont pas plus faciles que celles qui s’appliquent jusqu’à 3%», a-t-il insisté, soulignant qu’elles contraignent les pays à réduire le déficit à un rythme de référence de 0,6% par an pour les pays à «dette publique élevée» comme la France dont elle frôle 100% du PIB.

La dette française «devrait être toujours au-dessus de 90% en 2022 (…), alors que celle de l’Allemagne sera revenue sous 60%, ce qui est le seuil prévu par les traités européens», a expliqué M. Moscovici.

Le commissaire s’est toutefois déclaré favorable à «une interprétation intelligente des règles», car si la France «optait pour un respect très littéral de la règle de 0,6% par an, alors il y aurait un effet négatif sur la croissance française» et la zone euro.

«Il faut donc faire preuve de souplesse et d’intelligence», a-t-il assuré, soulignant que la France prévoit une réduction du déficit de 0,1% en 2018, soit «le maximum de déviation autorisée sur deux années consécutives par rapport à la norme de 0,6%». «En d’autres termes, c’est acceptable», a-t-il ajouté.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *