//
Sport

PSG: après Neymar, la tentation Mbappé

Il est jeune, talentueux, a l’Europe à ses pieds mais n’est plus forcément en odeur de sainteté à Monaco: après avoir déjà arraché le Brésilien Neymar à Barcelone, le Paris SG tente d’attirer un autre élément offensif, le natif de Bondy (Seine-Saint-Denis) Kylian Mbappé.

Plusieurs médias l’affirment jeudi: ‘KML’ (son nom complet est Kylian Mbappé Lottin), la sensation de la saison dernière, meilleur Espoir de L1 et champion de France avec Monaco, ne devrait pas tarder à s’engager au Paris SG.

Selon L’Equipe et Le Parisien, il ne resterait plus aux deux clubs de Ligue 1 qu’à s’entendre sur l’identité du joueur qui quitterait le PSG pour rallier Monaco en guise de monnaie d’échange pour le petit prodige. Mbappé, en dépit de ce mercato qui perturbe sa reprise, a été une nouvelle fois appelé en équipe de France jeudi, et compte déjà 4 sélections à 18 ans à peine.

Le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, est resté énigmatique à ce sujet en marge du tirage au sort des groupes de la Ligue des champions: «J’ai toujours le sourire que je perde ou que je gagne. Mbappé est un joueur de Monaco. On a beaucoup de respect pour Monaco. C’est un grand joueur, mais il est joueur de Monaco».

Mbappé veut le PSG

Ce n’est pas la première fois que l’arrivée de Mbappé à Paris est annoncée. Le 10 août, plusieurs médias ont annoncé un transfert de la nouvelle coqueluche du football français au PSG, vite démenti par les deux clubs. Le montant de l’indemnité pour le transfert du joueur alors évoqué était de 180 millions d’euros, bonus compris ou non.

Le soir même, le compte Twitter Paris United, bien informé concernant le PSG, avait remis une pièce dans la machine à rumeurs en affirmant que, «sauf retournement de situation», le jeune joueur «devrait être parisien avant le 31 août».

Le jeune Monégasque, auteur de 26 buts en 44 matches la saison dernière, ne serait pas resté insensible à la déclaration d’amour que lui a publiquement adressée l’entraîneur du PSG, Unai Emery, en juin.

«Quand on parle de Mbappé, on est en Espagne, on parle de lui au Real, au Barça… Moi je suis à Paris, au PSG. Quoi de plus beau que de représenter une équipe française? S’il doit devenir une icône du football, ce serait bien qu’il le soit ici», avait déclaré Emery, tout en concédant: «Si j’entraînais Albacete, j’aimerais qu’il vienne à Albacete et si j’étais en Australie, j’aimerais qu’il vienne à Sydney».

Supporters monégasques indignés

Au PSG, Mbappé aurait ainsi la possibilité de représenter sa région, lui qui a grandi en banlieue parisienne, largement acquise à la cause du club de la capitale.

Bien entouré par des parents – «on voit souvent (sa mère) à la Turbie», avait balancé en mars dernier son ancien coéquipier Benjamin Mendy au journal Le Parisien – qui ont toujours privilégié le développement sportif d’un gamin surprenant de maturité, il pourrait sans doute prétendre à davantage de temps de jeu à Paris qu’au Real Madrid de l’indéboulonnable ‘BBC’, et de son idole Cristiano Ronaldo.

Enfin, le transfert du joueur vire à l’inexorable alors qu’il n’a pas disputé les deux derniers matches de l’AS Monaco, et que les supporters ultras du club ont fait part mardi de leur «stupéfaction et indignation» face aux chiffres «concernant le transfert de Mbappé mais aussi à propos de son salaire pour prolonger son contrat (estimé à 10 M EUR annuel)», sommes qui ont fuité dans la presse.

Fair-play financier

Mbappé à Paris, une affaire qui roule ? Pas encore, et tout le monde se montre encore prudent sur ce dossier, à une semaine de la fin du mercato français (le 31 août à minuit). Car Paris a déjà déboursé 222 millions d’euros cet été pour attirer Neymar Jr, plus 13 autres pour recruter le latéral Yuri Berchiche. Il doit aussi payer les salaires de ces deux recrues plus celui d’un autre Brésilien, Daniel Alves.

De quoi se retrouver dans le viseur de l’UEFA, organisatrice de la Ligue des champions, qui a instauré en 2010 le fair-play financier (un club ne doit dépenser plus qu’il ne gagne, même si son propriétaire a des moyens illimités).

Or, le club parisien a déjà été sanctionné par l’instance régulatrice en 2014 et n’a pas envie d’être à nouveau freiné dans son développement et ses gigantesques ambitions sportives et extra-sportives.

Il doit donc s’activer pour équilibrer au mieux son budget d’ici la fin du mercato, en se débarrassant de ses joueurs indésirables (Ben Arfa, Krychowiak), voire en cédant certains d’entre eux qui conservent une valeur sportive (Lucas ou Di Maria). Avant, donc, de conclure éventuellement le deuxième plus gros transfert du football mondial, après celui de… Neymar.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *