//
Sport

Rallye de Grande-Bretagne: première balle de match pour Ogier

C’est une première chance qu’il entend ne pas laisser filer: Sébastien Ogier (M-Sport/Ford) peut s’offrir un cinquième titre consécutif de champion du monde des rallyes dès le Rallye de Grande-Bretagne, de jeudi à dimanche, sur les routes du pays de Galles.

Une cinquième couronne ferait du Français le deuxième pilote le plus titré en WRC, derrière son compatriote Sébastien Loeb (9) et devant les Finlandais Juha Kankkunen et Tommi Mäkinen (4).

A deux manches de la fin d’une saison très disputée, au cours de laquelle six pilotes et les quatre manufacturiers se sont imposés, Ogier compte 37 et 38 unités d’avance sur ses derniers rivaux, son coéquipier estonien Ott Tänak et le Belge Thierry Neuville (Hyundai).

Une victoire ou une marge de 31 points au classement des pilotes lui permettrait d’être sacré dimanche, avant même la finale australienne du 16 au 19 novembre. Un scénario qu’il privilégie.

«Je ne veux pas aller en Australie avec une faible avance tout en devant ouvrir la route et jouer le titre, confie Ogier. Je voulais marquer de gros points en Espagne (où il a terminé 2e début octobre, empochant également 3 points dans la Power Stage, alors que Neuville était contraint à l’abandon, ndlr) et conclure en Grande-Bretagne. C’est mon plan depuis le début».

Le quadruple champion du monde est en effet bien placé pour savoir qu’ouvrir la route -rôle dévolu le vendredi au leader du Championnat du monde- lui donnera un avantage dans les forêts humides et boueuses du centre et du nord du pays de Galles, pas sur les pistes poussiéreuses de Coffs Harbour (est de l’Australie).

M-Sport à 4 points du titre

Son équipe britannique, M-Sport, est elle quasi-assurée de remporter le titre constructeurs -son premier depuis dix ans et le premier sans le soutien officiel de Ford- sur ses terres ce week-end. Pour cela, elle ne doit plus inscrire que quatre points, ce qui a tout l’air d’une formalité.

«Nous devons avoir une de nos voitures à l’arrivée et ce sera bon», abonde le patron, Malcolm Wilson. «Si nous y parvenons, ce sera assez pour être sacrés. Je pense que si nous n’y arrivons pas dès la Grande-Bretagne, nous ne le mériterons pas vraiment…»

Encore mathématiquement en lice pour les deux titres, Hyundai, contrariée par des casses à répétition lors des deux dernières manches, jouera son va-tout en engageant ses quatre équipages (Neuville/Gilsoul, Mikkelsen/Jaeger, Sordo/Marti et Paddon/Marshall).

L’édition 2017 du Rallye de Grande-Bretagne propose 21 spéciales et 304,36 km chronométrés sur de rapides routes forestières en terre, rendues piégeuses par la boue quand la pluie s’en mêle, ou le verglas.

La course débutera jeudi soir avec une courte spéciale, spectaculaire et facile d’accès pour le public, avant une première journée pleine vendredi. Le samedi, long de 17 heures, promet d’être éprouvant, avec deux spéciales disputées de nuit.

L’itinéraire comporte peu de changements par rapport à l’an dernier. A noter tout de même le retour dimanche de la spéciale de Gwydir (ES19), qui n’a plus été empruntée depuis 2013.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *