//
France

Strasbourg ouvre vendredi un «marché de Noël XXL» sous haute sécurité

Le marché de Noël de Strasbourg, après deux éditions resserrées à cause de la menace terroriste, s’ouvre vendredi dans une «version XXL», rallongée d’une semaine et plus étendue, mais toujours sous haute surveillance.

Deux millions de visiteurs de toutes les nationalités sont attendus dans la capitale alsacienne pour cette 447e édition qui installe des chalets sur trois nouvelles places du centre historique.

Menace terroriste oblige, les autorités déroulent un dispositif de sécurité similaire à l’an dernier: 17 points de contrôle où 140 agents de sécurité filtreront les accès à la grande île de Strasbourg, avec fouilles de sacs et palpations.

Des mesures d’autant justifiées que «le risque terroriste est toujours présent», a rappelé le préfet Jean-Luc Marx début novembre. «Nous nous devons de prendre les mesures de sécurité qui s’imposent», a-t-il souligné.

«Après deux années passées autour de la question de la sécurité, il était important de revenir aux fondamentaux. C’est le retour du Noël XXL à Strasbourg, un marché de Noël rallongé et étendu», s’est félicité le premier adjoint à la Ville, Alain Fontanel (LREM).

Près de 300 chalets, une quinzaine de marchés thématiques, 36 jours de festivités: le marché strasbourgeois s’achèvera le soir de Noël, le 24 décembre. Mais il sera prolongé jusqu’au 30 décembre dans le quartier de la cathédrale.

Les allées du marché seront particulièrement surveillées par les militaires de l’opération Sentinelle, et les forces de l’ordre pourront procéder à des contrôles aléatoires de personnes.

Dans le centre réservé aux piétons, les véhicules motorisés seront soumis à des restrictions drastiques de circulation et de stationnement.

«Nous aurons une nouvelle fois une ville sans voiture, une ville sans bruit», a promis Alain Fontanel.

Des fosses dans les voies du tramway et des longrines (blocs de béton) doivent parer à une attaque au véhicule bélier, comme à Nice, Londres, Barcelone.

Le 19 décembre 2016, à Berlin, un attentat commis au moyen d’un camion avait fait 12 morts sur un marché de Noël.

Une édition «apaisée»

Pour le maire socialiste Roland Ries, si «le risque zéro n’existe pas», il n’est pas question de «céder au chantage et au terrorisme».

Vin chaud, «mange-debout» lumineux, soirées nocturnes: la Ville espère une édition «apaisée» qui répondra à la «demande d’authenticité» du public.

Environ 250 millions d’euros de retombées économiques sont attendues, pour un budget de 2,5 à 3 millions. Un million d’euros sera consacré à la sécurité, contre 300.000 avant les attentats de 2015.

Le pays invité cette année est l’Islande avec ses 13 pères Noël représentés par des lutins farceurs, une dizaine de chalets d’artisanat et de spécialités culinaires, saumon et mouton fumé, soupes de poisson, et les fameux pylsur, des hot-dogs islandais.

Des sapins et des trolls

Symbole du marché strasbourgeois, le grand sapin installé place Kléber a causé cette année quelques soucis à la Ville: un premier arbre, prélevé dans une forêt vosgienne, s’était brisé durant les opérations d’abattage fin octobre.

Le deuxième sapin était fissuré et a dû être débité sur place peu après avoir été installé. Les moqueries et les critiques se sont alors multipliées sur le coût de l’opération pour le contribuable. Alain Fontanel a choisi l’ironie pour répondre et a mis en cause les espiègles trolls islandais.

Le marché sera ouvert au public vendredi à 19H00 et le coup d’envoi des festivités sera donné par le chanteur Christophe Willem, parrain de l’édition 2017, avec l’illumination du sapin, de la cathédrale et du très couru «Christkindelsmärik» (marché de l’enfant Jésus).

Un «clapping» islandais, célébration popularisée par l’équipe de football lors de l’Euro-2016 qui consiste à applaudir à l’unisson de plus en plus rapidement, est prévu samedi.

Le marché de Noël de Strasbourg est un des plus anciens de France et un des premiers créé en Europe. Les premières traces historiques de ce marché remontent à 1570.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *