//
International

Toshiba sur le point d’annoncer le repreneur de sa filiale de mémoires

Le conglomérat japonais Toshiba, objet de rumeurs incessantes ces derniers mois, décidera mercredi de vendre sa filiale de puces-mémoires à un consortium nippo-américain intégrant Western Digital, affirme mardi un journal nippon ce que le groupe a immédiatement démenti.

Selon le quotidien de l’industrie Nikkan Kogyo, le choix est fait et n’a plus qu’à être entériné au cours d’un conseil d’administration.

La signature d’un contrat de cession aurait lieu une semaine plus tard, le 20 septembre.

«Il est inexact que nous ayons décidé», a réagi Toshiba dans un bref commentaire, ajoutant «nous divulguerons au plus vite toute information qui devrait l’être».

Officiellement, Toshiba discute toujours avec trois consortiums concurrents: celui mené par Western Digital, celui conduit par le fonds américain Bain Capital et celui du géant taïwanais de l’assemblage de produits électroniques Hon Hai/Foxconn.

Toutefois, la plus récente proposition de Western Digital, qui aurait réussi à rallier à sa cause le fonds semi-public japonais INCJ et la Banque de développement du Japon (précédemment associés à Bain Capital), aurait les faveurs des dirigeants du groupe, car elle permettrait d’enterrer la hache de guerre entre les deux groupes.

En juin, Toshiba avait choisi Bain Capital, mais des recours en justice de Western Digital ont changé la donne. Le groupe américain coiffe en effet SanDisk qui, depuis 17 ans, investit au côté de Toshiba dans cette activité et ne veut pas se retrouver du jour au lendemain avec un nouveau partenaire uniquement choisi par Toshiba.

Pour la plupart des analystes, la vente à Western Digital est la meilleure solution pour permettre à Toshiba de boucler le dossier au plus vite. La cession de Toshiba Memory est cruciale pour permettre au groupe d’assainir ses comptes, sans quoi son action, qui bénéficie d’une période de grâce jusqu’à fin mars 2018, sera automatiquement radiée de la Bourse de Tokyo après cette échéance.

Les investisseurs, échaudés par un nombre incalculable de tergiversations depuis décembre dernier, étaient assez insensibles à ces nouvelles rumeurs.

L’action Toshiba avait tendance à stagner à la Bourse de Tokyo dont l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes grimpait de 1,20%.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *