//
Economie

Un ancien directeur général du Medef candidat à la succession de Gattaz

L’économiste et chef d’entreprise Jean-Charles Simon, ancien directeur général du Medef, a annoncé jeudi sa candidature à la succession de Pierre Gattaz, dont le mandat à la tête de la principale organisation patronale prendra fin début juillet.

«Je suis candidat à la présidence du Medef», a annoncé sur twitter M. Simon, actuellement président de Stacian, société spécialisée dans les statistiques et l’analyse économique, en assurant vouloir «un nouveau pacte social».

Ancien cadre de l’Association française des entreprises privées (Afep), qui regroupe les plus grands groupes français, M. Simon a occupé entre 2008 et 2010 le poste de directeur général du Medef, après avoir travaillé comme trader puis comme directeur des études du RPR.

Il avait démissionné avec fracas de ses fonctions au sein du Medef en janvier 2010, en critiquant la gestion de l’organisation patronale, alors présidée par Laurence Parisot.

Dans une lettre à l’attention des adhérents du Medef, mise en ligne sur son site de campagne, M. Simon précise être favorable à «un projet libéral», «un projet de rupture avec un héritage d’accompagnement et de cogestion d’un modèle social en échec».

«Notre modèle social est en échec sur tous les fronts. C’est celui qui mobilise le plus de dépenses publiques et de prélèvements obligatoires parmi les pays comparables. Il accumule les déficits. Et ses résultats sont médiocres», assure-t-il.

«Or depuis la guerre, le patronat français est l’un des acteurs centraux de ce modèle», ajoute l’ancien responsable patronal, jugeant nécessaire de mettre fin au paritarisme, qui conduit le Medef à gérer avec les syndicats les mécanismes sociaux comme l’assurance chômage.

Jean-Charles Simon se dit également favorable à une refondation du Medef, pour revoir «l’organisation pyramidale et stratifiée du patronat» et donner plus de poids aux «entreprises adhérentes».

Outre M. Simon, plusieurs chefs d’entreprise ont officialisé leur candidature à la tête du mouvement patronal, à l’image du patron du Medef Auvergne-Rhône-Alpes Patrick Martin ou de celui du Medef Hauts-de-France, Frédéric Motte.

D’autres candidatures sont régulièrement évoquées, dont celles des vice-présidents de l’organisation, Alexandre Saubot et Geoffroy Roux de Bézieux, qui n’ont toutefois pas confirmé à ce stade qu’ils se présenteraient.

Un temps pressenti, et considéré par beaucoup comme le favori pour succéder à Pierre Gattaz, le patron de Michelin Jean-Dominique Senard a pour sa part renoncé à postuler, ayant atteint la limite d’âge de candidature, fixée à 65 ans.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *