//
Technologie

Un appel à dénoncer le harcèlement sexuel devient viral sur Twitter

Un appel à dénoncer le harcèlement sexuel au travail est devenu viral sur Twitter ce week-end, sous le hashtag #balancetonporc, donnant lieu à de multiples témoignages visant des agresseurs quasi-exclusivement anonymes, dans la foulée du scandale Weinstein aux États-Unis.

Cet appel, évoqué par plusieurs médias, a été initié vendredi par une journaliste travaillant pour la Lettre de l’audiovisuel, Sandra Muller. Dans son tweet, celle-ci invite à raconter, «en donnant le nom et les détails, un harceleur sexuel que tu as connu dans ton boulot».

Pour montrer l’exemple, elle a elle-même relaté des propos tenus par un ancien patron («Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit»), en citant son nom.

Dimanche, à 13H00, le hashtag #balancetonporc cumulait 26.900 tweets. Figurant depuis minuit dans le top 10 des hashtags les plus populaires, il était passé numéro un à 6H00.

Un emballement qui «n’étonne absolument pas» Marilyn Baldeck, déléguée générale de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), interrogée par l’AFP. «Il suffit qu’on tende la perche» aux femmes pour qu’elles parlent.

Témoignages de femmes visant des supérieurs hiérarchiques anonymes, des responsables de stages ou évoquant des épisodes de harcèlement dans la rue se sont multipliés. Avec en retour, des manifestations de solidarité masculine, mais aussi des réactions mettant en cause ces déclarations, sous le hashtag inversé #balancetatruie, ou les jugeant exagérées.

‘Système de prédation’

A une internaute qui parle d’un «vieux croûton de 70 ans qui me reluque de haut en bas dans le métro pour me dire que je suis charmante avec un clin d’œil», un autre répond : «regarder, complimenter, être vieux, cligner des yeux, être un homme, respirer, c’est du harcèlement sexuel!»

Ce n’est pas la première fois que le sexisme au travail ou le harcèlement de rue est dénoncé sur internet. Plusieurs sites à l’image de «Paye ta blouse», lancé en janvier par deux étudiantes en médecine, témoignent du quotidien de nombreuses femmes, entre blagues grasses et franches allusions sexuelles.

Mais, à chaque fois, les affaires médiatisées, comme aujourd’hui le scandale Harvey Weinstein, du nom du producteur américain accusé de viol et de harcèlement sexuel, réveillent la parole des femmes. «Le plus triste en fait, c’est qu’on ait toutes une anecdote», notait dimanche une internaute sur Twitter.

Selon Marilyn Baldeck, «il y a quand même un peu cette idée qui circule que si les choses n’avancent pas aussi vite (en matière de lutte contre le harcèlement, ndlr), c’est parce que les victimes elles-mêmes n’en parlent pas suffisamment». La déferlante de témoignages sur Twitter, «pour moi, c’est la preuve du contraire. Il suffit qu’on leur offre les moyens d’en parler».

En 2016, après l’affaire Denis Baupin (le député écologiste accusé d’agressions et de harcèlement sexuels par plusieurs élues écologistes, ce qu’il nie, et dont l’enquête a été classée sans suite), le nombre de saisines de l’AVFT «a triplé». «Mais ce ne sont pas des femmes qui parlaient pour la première fois, elles se débattaient depuis des années dans des procédures infructueuses», précise Mme Baldeck.

Dans une tribune au JDD, Isabelle Adjani dénonce le «système de prédation» révélé par le scandale Weinstein et souligne qu’«en France, c’est autrement sournois».

La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a quant à elle annoncé en septembre la mise en place d’un groupe de travail chargé de plancher sur la pénalisation du harcèlement sexuel dans la rue. Emmanuel Macron, dans son interview télévisée sur TF1/LCI dimanche soir, a annoncé que cela passerait par une «procédure de verbalisation plus simple» des actes de harcèlement «pour qu’il y ait une réponse immédiate», en déplorant qu’«aujourd’hui, bien souvent, on ne va pas porter plainte, parce qu’on n’ose pas».

Signe supplémentaire du retentissement du scandale Harvey Weinstein, le président a annoncé lors de cette interview qu’il avait «engagé les démarches» pour que lui soit retirée la légion d’honneur, disant souhaiter, «comme ces actes manquent à l’honneur, que nous en tirions toutes les conséquences».

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *