//
Economie

Vélopartage: le chinois Mobike lève plus de 600 millions de dollars

La start-up chinoise Mobike, dont les vélos partagés sont omniprésents dans les grandes villes du pays, a levé plus de 600 millions de dollars (536 millions d’euros) afin de financer son expansion a l’étranger, a-t-elle annoncé vendredi.

Depuis son lancement en avril 2016, la société de Shanghai a mis quelque 5 millions de bicyclettes à disposition de plus de 100 millions d’abonnés, «ce qui en fait la plus grande société de vélopartage à la surface du globe», a affirmé Mobike dans un communiqué.

Déjà présente dans une centaine de villes, principalement en Chine et à Singapour, avec ses vélos orange, l’entreprise vise désormais l’Europe, en commençant par le Royaume-Uni.

Après avoir déjà obtenu 900 millions de dollars depuis le début de l’année, Mobike a levé 600 millions supplémentaires auprès de plusieurs souscripteurs, notamment le géant chinois de l’internet Tencent, déjà présent au capital, et les fonds américains Sequoia Capital et TPG et chinois Hillhouse Capital.

Ofo, le grand rival pékinois de Mobike, a déjà levé 450 millions de dollars et ambitionne d’en récupérer environ 500 millions supplémentaires, a rapporté la semaine dernière l’agence de presse financière Bloomberg News.

Grâce à leurs applications pour téléphone mobile, Ofo, Mobike et leurs concurrents adressent à leurs abonnés un code qui permet de débloquer le cadenas d’un vélo trouvé au hasard des rues. Il peuvent ensuite le laisser où bon leur semble, prêt à être enfourché par le prochain utilisateur.

Le coût de la location est très faible — de l’ordre de 1 yuan (0,13 euro) pour une heure.

Ces services de vélopartage ne font pas que des heureux, certains utilisateurs ayant une fâcheuse tendance à abandonner leur monture n’importe où, générant des entassements de vélos qui bloquent les trottoirs.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *