//
Sport

Voile: un monocoque à foil révolutionnaire pour la 36e Coupe de l’America

Des monocoques de 75 pieds «volant» sur des foils basculants… Tels seront les acteurs révolutionnaires de la 36e édition de la Coupe de l’America, en 2021 à Auckland, selon le projet dévoilé mardi par Emirates Team New Zealand (TNZ).

Ayant ravi en juin l’aiguière d’argent aux Américains d’Oracle aux Bermudes, le défi néo-zélandais doit désormais édicter les règles de la prochaine Coupe.

Team New Zealand a opté pour un retour au monocoque, alors que les deux précédentes éditions s’étaient jouées sur catamarans.

Mais, à en croire le design présenté mardi sur images de synthèse par TNZ, l’AC-75, un bateau de 75 pieds (22,8 mètres), n’aura pas de quille mais deux foils, ces appendices qui permettent au bateau d’être surélevé au dessus de l’eau pour +voler+, en forme de «T», et un safran également en forme de «T».

Montés sur les catamarans, les foils avaient déjà permis en 2013 et 2017 d’accroître les vitesses et le spectacle offert lors des régates. Ils n’avaient jamais été utilisés sur monocoque dans le cadre de la Cup.

«Le concept innovant tient à l’utilisation de doubles foils en T basculants, ballastés pour le redressement en navigation et pour offrir de la stabilité à faible vitesse», a indiqué TNZ dans un communiqué.

«C’est un concept totalement nouveau», s’est félicité auprès de Radio New Zealand le responsable du design de TNZ Dan Bernasconi. «Un changement complet par rapport aux catas (AC-50) sur lesquels nous avons navigué aux Bermudes mais je pense que ce sera plutôt cool.»

Le patron du défi néo-zélandais, Grant Dalton, dit s’attendre à de bonnes performances sur l’eau.

«Nos analyses nous laissent penser qu’une fois en l’air, le bateau est potentiellement plus rapide que l’AC-50 en remontant au vent ou dans le sens du vent», a-t-il dit.

Le défi néo-zélandais publiera en mars les spécifications détaillées des AC-75 afin que les syndicats rivaux puissent commencer à travailler sur leurs bateaux.

M. Bernasconi a dit s’attendre à ce que les premières versions du monocoque soient mises à l’eau en avril 2019, ce qui donnera suffisamment de temps aux équipages pour s’entraîner.

Emirates Team New Zealand avait dévoilé fin septembre son protocole pour la 36e édition qu’il a souhaitée fidèle à l’esprit originel avec des coûts amoindris.

Ce protocole était le fruit d’une entente entre le syndicat néo-zélandais et celui qui s’est positionné comme le challenger de référence, le syndicat italien Luna Rossa, détenu par le patron de l’empire Prada. Luna Rossa a été associé aux réflexions sur l’AC-50.

Une règle de nationalité impose que 20% de l’équipage (soit 2 à 3 personnes) soit des citoyens du pays qui engage un bateau.

Les éliminatoires (Coupe Prada), à l’issue desquels le challenger sera désigné, auront lieu en janvier et février 2021 et la Coupe de l’America à proprement parler, qui oppose le challenger au tenant, sera disputée en mars 2021.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *