//
Finance

Wall Street, rassurée par Jerome Powell et le Sénat, franchit des records

Wall Street a terminé en hausse mardi, le marché applaudissant des propos du président désigné de la banque centrale américaine Jerome Powell et des avancées sur la réforme fiscale: Dow Jones (+1,09%), Nasdaq (+0,49%) et S&P 500 (+0,98%) ont clôturé à des records.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average s’est apprécié de 255,93 points à 23.836,71 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 33,84 points à 6.912,36 points.

L’indice élargi S&P 500 a gagné 25,62 points à 2.627,04 points.

Lors d’une audition devant une commission du Sénat, le président désigné de la banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell a évoqué une «normalisation» des taux d’intérêts, et assuré que la banque centrale était prête à «ajuster» les contraintes, notamment dans la régulation des petits établissements bancaires.

«Jerome Powell est un choix rassurant, il n’est pas susceptible d’augmenter les taux de manière complètement désordonnée, contrairement à d’autres anciens candidats au poste», a indiqué Chris Low de FTN Financial.

Poussé à s’exprimer sur la régulation financière, l’ancien banquier a affirmé qu’il était «non souhaitable d’imposer des coûts non nécessaires aux banques, ce qui a fortement plu aux marchés», a ajouté M. Low.

L’indice regroupant les valeurs financières au sein du S&P 500 a pris 2,58%, de loin la plus forte progression de l’indice élargi, Goldman Sachs (+1,83%), JPMorgan (+3,50%) ou Bank of America (+3,95%) en profitant largement.

Les investisseurs étaient également soulagés par l’adoption mardi du projet de réforme fiscale par la commission du budget au Sénat, première étape avant un vote par la totalité de la chambre attendu cette semaine.

La grande distribution bondit

Plusieurs élus frondeurs républicains menaçant plus tôt de faire échouer le paquet fiscal au Sénat ont par ailleurs adouci leur ton mardi, ouvrant la voie à une adoption du projet en séance plénière.

La bonne santé du secteur de la grande distribution rendait également Wall Street optimiste, les ventes en ligne sur les sites américains ayant totalisé 6,59 milliards de dollars à l’occasion du Cyber Monday, en hausse de 16,8% sur un an, selon la société Adobe Analytics. Depuis mercredi, ces ventes s’inscrivent en progression de plus de 10% sur un an.

Signe de l’humeur dépensière des Américains, l’indice de la confiance des consommateurs s’est amélioré en novembre pour le cinquième mois consécutif, se hissant à un «plus haut depuis 17 ans», selon William Lynch de Hinsdale Associates.

Les grands noms de la distribution en bénéficiaient largement, à l’instar de Macy’s (+4,53% à 22,17 dollars), J.C. Penney (+4,48% à 3,50 dollars) et Best Buy (+1,81% à 58,05 dollars). Amazon a perdu 0,19% à 1.193,60 mais reste en hausse de 5,36% depuis le début de la semaine dernière.

Parmi les autres valeurs du jour, la chaîne de restaurants Buffalo Wild Wings a bondi de 6,28% à 155,60 dollars après l’annonce de son acquisition par le fonds de capital investissement Roark Capital.

Le marché obligataire montait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,329%, contre 2,332% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,758%, contre 2,772% la veille.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *