//
Economie

Wall Street termine en nette hausse

La Bourse de New York a terminé en nette hausse lundi, tirant partie d’un apaisement des inquiétudes sur un éventuel conflit militaire entre les Etats-Unis et la Corée du Nord: le Dow Jones a gagné 0,62% et le Nasdaq 1,34%.

Selon les résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 135,39 points à 21.993,71 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 83,68 points à 6.340,23 points.

L’indice élargi S&P 500 est monté de 1,00%, ou 24,52 points, à 2.465,84 points. Le Dow Jones et le S&P 500 avaient enregistré la semaine dernière leur plus important recul hebdomadaire depuis mars.

Ce net repli avait été «principalement déclenché par les échanges virulents avec la Corée du Nord, le président (Donald Trump) ayant utilisé un langage qui a choqué les investisseurs», a rappelé Alan Skrainka de Cornerstone Wealth Management.

Mais «ce genre de mouvement spectaculaire est toujours une opportunité pour les investisseurs», a-t-il ajouté.

Aussi depuis vendredi, «les marchés regagnent un peu du terrain perdu avec les remarques apaisantes apportées par des conseillers du président», a ajouté M. Skrainka.

«Rien n’est imminent», a ainsi assuré dimanche le directeur de la CIA Mike Pompeo.

Dans une tribune publiée dans le Wall Street Journal, le secrétaire d’Etat Rex Tillerson et le chef du Pentagone Jim Mattis ont aussi affirmé que la voie diplomatique était leur option «préférée».

Charlottesville

L’annonce de la démission du PDG du géant américain de la pharmacie Merck Kenneth Frazier en signe de protestation contre les silences de Donald Trump sur les violences qui ont secoué Charlottesville samedi a aussi marqué la séance.

Le président américain a changé de ton lundi, dénonçant en début d’après-midi des «violences racistes» et pointant du doigt les suprémacistes blancs.

Le net repli du prix du baril de pétrole, pénalisé par les doutes sur la vigueur de la demande chinoise de brut, a pesé sur les valeurs de l’énergie, seul secteur du S&P 500 à avoir terminé dans le rouge (-0,27%).

La chaîne de supermarchés Target, qui a annoncé l’acquisition d’une société offrant une plateforme de mise en relations de magasins et de livreurs, est monté de 1,38% à 55,79 dollars.

Procter and Gamble (P&G), le fabricant des rasoirs Gillette, s’est apprécié de 0,34% à 91,65 dollars.

Attaqué par Nelson Peltz, qui demande au groupe de faire au moins 13 milliards de dollars d’économies supplémentaires pour enrayer l’érosion des ventes, P&G a envoyé une lettre à ses actionnaires leur recommandant de ne pas voter pour l’entrée de l’investisseur activiste à son conseil d’administration.

L’entreprise chinoise cotée à New York JD.com a chuté de 3,59% à 44,25 dollars après avoir fait part d’un creusement de sa perte nette au deuxième trimestre.

Le constructeur italo-américain Fiat Chrysler (FCA) a bondi de 8,53% à 12,60 dollars à New York. Selon la publication spécialisée Automotive News, les représentants d’un constructeur automobile chinois «bien connu», mais qui n’est pas nommé, ont fait au moins une offre en juillet pour acquérir FCA «un peu au-dessus de sa valeur de marché» actuelle.

Le marché obligataire baissait: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans s’affichait vers 20H15 GMT à 2,226% contre 2,189% vendredi soir et celui des bons à 30 ans à 2,810%, contre 2,786%.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *