//
Economie

Zone euro: la BCE abaisse ses prévisions d’inflation pour 2018 et 2019

La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé jeudi ses prévisions d’inflation en zone euro pour les deux années à venir en raison de l’euro fort, se montrant toutefois plus optimiste concernant la croissance en 2017.

L’institution monétaire de Francfort attend désormais une croissance de 2,2% du PIB (produit intérieur brut) de la région cette année, contre 1,9% jusqu’ici, a indiqué son président Mario Draghi lors d’une conférence de presse.

L’Italien évoque des «facteurs globaux et les développements sur les marchés des changes» pour justifier cette révision. Les deux années suivantes, la croissance en zone euro devrait refluer à 1,8% en 2018 et 1,7% en 2019, a continué M. Draghi, confirmant les précédentes prévisions de l’institution.

Il en va autrement des prévisions pour l’inflation dans le bloc monétaire. Si la BCE prévoit toujours une hausse des prix à la consommation de 1,5% en 2017, elle s’attend désormais à un ralentissement plus marqué de l’inflation les années d’après, à 1,2% en 2018 (1,3% escompté avant) et 1,5% en 2019 (contre 1,6% avant).

M. Draghi explique qu’au vu des prix du pétrole, l’inflation «va probablement diminuer en fin d’année, reflétant principalement des effets de base dans les prix de l’énergie«Le plus grand pessimisme pour 2018 et 2019 «reflète principalement la récente appréciation du taux de change de l’euro», a souligné M. Draghi.

La monnaie unique, qui s’échange à 1,20 euro face au dollar, freine l’inflation, que la BCE souhaiterait voir se rapprocher des 2%.

Bien que le niveau de l’euro face au dollar ne figure pas dans le mandat officiel de la BCE, «il est très important pour la croissance et l’inflation», a insisté M. Draghi. Cela explique pourquoi la BCE retarde le moment de décider de l’avenir de son vaste programme de rachats de dette privée et publique, baptisé «QE».

La banque centrale a tout de même annoncé jeudi qu’elle devrait décider «en octobre» du futur de son programme de soutien à l’économie.

Discussion

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *